Search
Monday 21 October 2019
  • :
  • :

Pacte de transition citoyenne d’Auriol: la lettre de démission collective des citoyens du Comité de suivi

                                                                                                                                                 Auriol, le 8 janvier 2018

Comité de suivi du Pacte de transition citoyenne de la commune d’ Auriol

Madame le Maire,

Nous vous informons de notre retrait du comité de suivi du Pacte de transition citoyenne officiellement signé par vous en juillet 2016 .

La municipalité a librement choisi en conseil municipal les 10 mesures constituant le Pacte de transition sur un choix de 15 mesures et vous avez reconnu les membres du comité de suivi que nous constituons.
Depuis 18 mois, aucune de nos propositions n’a trouvé d’écho. Lors du peu de réunions que nous avons pu avoir et à travers les arguments opposés à nos propositions et l’absence de travail suivi avec vos référents, il est devenu évident que votre majorité municipale considérait que ces points étaient soit déjà réalisés par le passé, soit suffisamment encadrés par la loi, soit relevant de la compétence du Conseil de territoire et/ou de la Métropole, soit devenus irréalisables, et en final sans désir réel d’amélioration de cet état.

Le dernier exemple : il n’y a eu aucun compte-rendu de la dernière réunion tenue en mai dernier et donc bien évidemment aucune progression dans la mise en œuvre des mesures.

La conclusion de cette situation est qu’en réalité la transition citoyenne n’est pas une priorité pour cette majorité municipale. Dans ces conditions, notre présence devient inutile, tout comme le devenir de ce Pacte.
quartierNous le déplorons car cela hypothèque la possibilité pour Auriol d’agir plus efficacement dans la préservation et l’amélioration de notre cadre de vie et de notre environnement.

Nous vous demandons donc de transmettre cette lettre avec notre décision au Conseil Municipal.

Pour notre part , nous en informerons la Présidente du Conseil de territoire, le Député de la circonscription, ainsi que les Conseillers départementaux concernés.

Vous trouverez ci-dessous l’état d’avancement des dix mesures du Pacte et les raisons de notre décision.

Veuillez agréer, Madame le Maire, nos salutations distinguées.

Les membres du comité de suivi du Pacte de transition citoyenne:

Richard Camous / Elisabeth Gendron / Alain Goléa
Fabien Maziller / Michel Pibarot / Denis Rollier

 

******

Etat d’avancement des 10 mesures du Pacte de transition citoyenne signé le 5 /7/2016.

1)      Favoriser les modes de déplacement actifs (marche, vélo) en développant les espaces piétonniers et en créant au moins une zone de rencontre (vitesse limitée à 20 km/h).
(M Thierry Pothier / M Michel Pibarot)

  • Résumé de la réunion en mairie du 6/12/2016 : Lors de la réunion de travail en décembre 2016, vous aviez évoqué l’idée que le chemin des Pibles entre l’école Claire Dauphin et la place de la Libération puisse être entièrement aménagé et équipé en espace piétonnier.

M Pothier devait rencontrer les services compétents pour faire le point d’avancement possible de ce dossier.

Mr Pothier et M Pibarot s’étaient rencontrés ultérieurement sur le terrain et M Pothier nous a envoyé de la documentation sur les zones à 20 km/h et un plan du projet Parc de la Confluence

Notre point de vue : Nous avons évoqué avec les habitants du centre- ville la zone « aménagée » existante (zone 20 km/h) autour de l’église, personne ne la connaît, elle est fort mal matérialisée et nous avons évoqué son extension autour du musée Martin Duby.

Le projet Parc de la Confluence ne sera pas réalisé avant … ???

Nous étions d’accord pour matérialiser l’aménagement au sol de la zone de rencontre existante autour de l’église et mettre les panneaux de signalisation sur toutes les voies d’accés. C’est une nécessité à minima.

Conclusion : Aucune évolution depuis un an.

 

 

2)      Mettre à disposition au moins une toiture d’un bâtiment public bien orientée, pour

mettre en œuvre une installation solaire photovoltaïque.

(M Frédéric Sicard / M Michel Pibarot)

  • Résumé de la réunion en mairie le 25/11/2016. Point de vue de l’équipe municipale « Compte tenu des contraintes de sécurité pour les bâtiments recevant du public, seul un bâtiment des services techniques pourrait être équipé de capteurs solaires photovoltaïques ». M. Sicard devait rencontrer les services techniques pour étudier cette solution et estimer les surfaces utilisables. M. Pibarot devait contacter une entreprise spécialisée pour avoir plus de renseignements sur les contraintes techniques, économiques et de sécurité
  • Résumé de la réunion en mairie le 8/12/2016. Evolution du point de vue de l’équipe municipale: « Pour des raisons de sécurité, il est impossible d’équiper la toiture d’un bâtiment pouvant recevoir du public ou des employés municipaux avec des capteurs solaires « .
    Il n’y a pas d’autres possibilités sur la commune. M Pibarot a contacté des entreprises locales et spécialisées et propose une réunion technico-économique d’échange avec présentation de réalisations réussies par de nombreuse municipalités sur des batiments publics avec acceptations des services de secours nationaux et départementaux.
  • Nouveau rdv téléphonique le 6/3/2017 a eu lieu avec M.Sicard qui n’a abouti à aucune avancée. M. Sicard se retirant du projet.
  • Réunion le 21/3/2017 : refus de la Mairie d’organiser une réunion d’échange de points de vue avec différents experts dont l’ADEME. L’objection avancée par la Mairie n’est plus tant le danger que le coût de mise en œuvre.

Notre point de vue : Nous pensons qu’il est dommage de s’arrêter au début du projet sans avoir toutes les données et en particulier stopper au nom d’un risque sans avoir estimé exactement la nature et l’importance de celui-ci avec les experts du domaine compte tenu des technologies accessibles et du retour d’expérience de réalisations existantes dans de très nombreuses communes. Le matériel a évolué et il existe actuellement des solutions pour le risque incendie.

Conclusion :Tant qu’il y aura cette opposition de principe de l’équipe municipale, toute avancée est impossible

3)      Introduire de façon régulière des produits locaux issus de l’agriculture biologique et/ou du commerce équitable, dans les menus de restauration collective.
(Héléne Mean, Laurence Al Mhana / Denis Rollier)

  • Résumé de la réunion en mairie le 8/12/2016: Impossible de prendre en compte des idées nouvelles proposées, la mise en place est faite depuis 2012 et l’on nous dit que « cela fonctionne bien ».
  • Résumé de la réunion en mairie le 9/3/2017 (Mmes Méan, Barbier, Al Mhana et M,Rollier): Présentation du futur appel d’offre concernant un certain nombre de produits bio : fruits, légumes, fromages, produits laitiers et pain. Cet appel d’offre concernant 8 autres communes sachant que Auriol représente la majorité de ce marché et que les autres communes n’ont pas d’obligation de prendre l ensembles des produits référencés.

Afin de bien comprendre cette démarche, revenons sur l’existant :

– plus de marché public à jour car les fournisseurs ne pouvaient plus respecter le cahier des charges

– le pain bio du mardi a changé de fournisseur en fin d’année dernière

– les produits bio proposés aujourd’hui au menu sont commandés au gré a gré et selon les possibilités budgétaires y compris quelque fois pour la viande

– remarquons que depuis les vacances de février sur les menus, les produits bio sont signalés

– montants des achats bio en 2016: 16 % du montant global des dépenses en matières premières

Notre point de vue :

  • Du fait d’un appel d’offre incluant plusieurs communes, la demande sera plus importante ce qui limitera le bio local car la quantité demandée sera plus importante,
  • Il n’y a pas de désir d’inverser la façon de faire pour l’appel d’offre c’est a dire consulter d’abord les producteurs bio en local, étudier leur possibilité de production et proposer un marché adapté ce qui limiterait les intermédiaires et éviterait de travailler avec des revendeurs, surtout pour les fruits et légumes,
  • On déplore que le budget matières premières par repas servis n’est pas connu ou non disponible mais il n’y a pas de budget précis pour le bio sur l’année scolaire, il est donc difficile de comparer,
  • Il y a un manque de communication sur le bio servi dans les cantines et pas de connaissance des personnes servant les enfants sur les groupes scolaires.
  • Il n’y a pas de légumes frais servis en garniture (légumes chauds)

Conclusion : malgré une réunion intéressante de mars dernier aucune des idées ou propositions n’a été prise en compte pour le nouveau marché public.

 

4)      Réaliser un état des lieux des terres disponibles ou à acquérir en vue d’y développer un projet d’agriculture biologique et citoyenne

(Jean-Luc Revest / Denis Rollier)

  • Résumé de la réunion en mairie le 8/12/2016: Il n’y a pas un état des lieux précis pour Auriol mais le département s’investit pour les nouveaux agriculteurs qui veulent s’installer. Il n’y a pas beaucoup de terres agricoles en friche sur Auriol

Notre point de vue : Nous devons savoir de manière détaillée l’estimation des terres disponibles sur Auriol et nous sommes disponibles pour travailler concrètement avec les services concernés pour sa réalisation.

Dans l’immédiat, il importe de préserver toutes les terres agricoles de la commune,

Conclusion : aucune élaboration de l’état des lieux n’a eu lieu, conserver les terres agricoles n’est pas dans les faits une priorité, la preuve au dernier conseil municipal de décembre 2017 avec le début de la procédure de révision simplifiée du PLU .

5)     Proposer des solutions de tri à la source des biodéchets pour les ménages et les restaurants (collecte séparée, lombricomposteurs, composteurs, …) et un traitement en circuit court.
(M Robert Miechamp / Mme Elisabeth Gaudron et Fabien Maziller)

  • Résumé de la réunion en mairie le 8/12/2016:

– Une aide est déjà proposée par la communauté d’agglo pour ceux qui souhaitent composter – – Une sensibilisation est déjà faite dans les écoles (lien avec le point 9) mais ils ne s’opposeront pas aux initiatives individuelles (atelier compostage chez l’habitant)
– Impossibilité de mettre à disposition des tri-bacs de compostage collectif à disposition des habitants pour diverses raisons : mauvaises odeurs, incivisme, vandalisme …etc.
– Impossibilité de mettre à disposition une benne verte pour les déchets « compostables » les jours de marché pour les mêmes raisons et cela demande des ressources humaines.

  • Résumé de la réunion en mairie le 8/3/2017:

– le sujet du compostage a été abordé, il s’est avéré qu’il semblerait que des difficultés résident :

– au niveau du compostage au porte à porte l’impossibilité à la commune d’agir sans la Métropole : gestion ramassage, contenants etc…

– au niveau du compostage au niveau marché : pas assez de déchets

– au niveau des résidences, immeubles : qui va gérer, les gens vont jeter n’importe quoi dans les bennes, les odeurs

– il nous a été proposé de rencontrer la responsable du Conseil de Territoire afin de soumettre nos idées puis les ambassadeurs de tri.

Notre point de vue. A ce jour, nous souhaiterions:

– qu’il y ait une réflexion sur la communication pour encourager l’initiative individuelle (campagne de
communication, de re-mobilsation sur l’acquisition de composteur à refaire : intérêt réduction de 30% du volume
des déchets ménagers… et économie pour l’agglo)

– qu’Auriol propose des projets pilotes en bio-déchet avec l’aide du Conseil de territoire en s’inspirant de villes
comme Roubaix ou Lorient

– valoriser les commerçants faisant le tri-compost

– rentrer en contact avec Jardilien par exemple pour initier des volontaires aux compostages, ou jardin de
l’espérance de La Ciotat qui semble proposer des animations et/ou manifestations locales

Conclusion : beaucoup de réserves pour mettre en place des solutions, à chaque proposition il y a une réponse négative, manque de motivation et de désir de faire avancer le sujet.

6) Prendre des mesures interdisant la distribution de sacs de caisse (compostables ou pour l’ensemble des commerces sur le territoire.
(Danièle Garcia / Mme Elisabeth Gaudron et Fabien Maziller )

  • Résumé de la réunion en mairie le 8/12/2016: La loi interdit déjà la distribution de sacs plastiques.
  • Résumé de la réunion en mairie le 21/3/2017
    Mr Miechamp a pris le relais de Mme Garcia sur ce point, peu développé lors de notre 1ère rencontre. Acceptation par la Mairie de la parution d’un article rédigé par nous dans un prochain numéro d’Auriol et Vous. La possibilité d’aller voir nous même les commerçants et leurs proposer des situations alternatives est acceptée ( 2 projets à concrétiser prochainement)

Notre point de vue : Pourquoi ne pas faire imprimer aux couleurs d’Auriol des sacs réutilisables comme le font certains supermarchés et magasins ?

Le coût est à estimer, cela serait fait pour une durée limitée, à voir avec les commerçants de la commune et ceux du marché.Notre demande reste inchangée, faire « respecter » sur la mise en application de la loi du 1/1/2017.
Au niveau des commerçants au delà de finir des stocks non biodégradables, il est bon d’avoir en mémoire que les sacs compostables sont produits à bases de matières agricoles ( donc tensions sur matières premières alimentaires : intérêt nul), les sacs papiers (eau+bois=énergie+++) présentent un coût plus élevé pour les commerçants…, pourquoi ne pas favoriser une éducation à l’utilisation de contenants réutilisables (bocaux, filets à provision…) avec la collaboration des commerçants (économie d’emballage pour les commerçants, vente de sac à l’effigie de la ville personnalisé sur le concept développement durable : publicité positive)

Conclusion : Nous avions là aussi fait des propositions concrètes et demandé que la loi soit appliquée dans l’ensemble des commerces : aucun retour à ce jour.

7) Mise en place d’un dispositif ponctuel d’enlèvement intra-communal des encombrants pouvant être réutilisés par la ressourcerie le Dirigeable pour nos séniors et pour les Auriolais sans véhicule  
(Danièle Garcia puis Jean- Luc Revest / Richard Camous et Alain Goléa)

  • Résumé de la réunion en mairie le 8/12/2016:

– La mise en place du container destiné à la réception des encombrants  sur le site auriolais est réalisée,

La création de 2 postes et la formation de 2 agents sur le site auriolais sont réalisées,

-La mise en sécurité du site par des caméras de vidéosurveillance est à réaliser. Elle incombe à la Métropole. De nombreux vols et dégradations sont à déplorer,

-Le dispositif intra-communal d’enlèvement des encombrants pour les séniors et les auriolais sans véhicule peut être envisagé.

  • Résumé de la réunion aux Services Techniques le 12/6/2017

Acceptation de faire une expérimentation sur quelques demandes concrètes d’Auriolais ; rédiger un mémo pouvant servir de cahier de charge. Le débat porte sur qui reçoit les appels téléphoniques des Auriolais (Services Techniques/CCAS ou le Dirigeable) pour organiser la tournée d’enlèvements de manière « rentable ». Débat sur le fait d’entrer ou non dans le domicile au niveau responsabilité.

Notre point de vue : La création de ce service d’enlèvement des encombrants à domicile apporterait un vrai plus à la Ressorcerie car le % de matériel récupérable est très largement supérieur à celui effectué par les services du Conseil de territoire. Se reporter à l’exemple de la ressourcerie de St Maximin.

Nous souhaitons travailler avec les services concernés de la Mairie et Evolio sur les modalités organisationnelles et fixer la date prévue pour la mise en place de ce service et une évaluation budgétaire pour prise en compte dans le budget 2017 ou 2018.

Conclusion : Très peu d’avancée malgré deux expérimentations réalisées par Evolio (1 seul compte-rendu),

8) Distribuer le livret sur la transition à l’ensemble des agents et élus.
(Antoine Retor / Richard Camous)

  • Résumé de la réunion en mairie le 8/12/2016

Il a été décidé que Mme Eymony s’occuperait désormais de cet engagement. On nous a dit qu’il était inutile de mettre cette dépense au budget car trop peu importante.

Notre point de vue : La distribution du document en novembre 2016 n’est pas un livret mais seulement la présentation de ce qui a été signé par Mme le Maire en juillet dernier. Il convient de se reporter à ce qui est proposé par la fiche 13 au niveau national à titre d’exemple.

Conclusion : Rien n’a été réalisé, pas de distribution du livret et ce malgré plusieurs rappels verbaux.

9) Organiser au moins deux ateliers de sensibilisation à la consommation responsable et aux économies d’énergie dans le cadre des temps d’activité périscolaires.
(Jean-Luc Revest / Fabien Maziller)

  •  Résumé de la réunion en mairie le 8/12/2015

 » J’ai pris contact avec mon collègue M. Germain, adjoint au sport et à la vie associative, il m’indique que cette action est suivie par son service et sera mise en place au mois de Mai.Nous pourrons d’ici cette date faire un nouveau point pour confirmer cette information. »

  • Réunion 9/1/2017 avec Mr Revest : celui-ci s’est renseigné auprès de son collègue M.Germain (cf mail ci dessous), les TAP doivent être mis en place au moins de mai. De nouveaux rdv sont à prévoir

 

Notre point de vue : Nous savons que des actions ont été mises en place en 2017. Nous n’avons pas eu de retour sur celles-ci et sur les bilans.

Conclusion : Avec le retour à la semaine de 4 jours , qu’en est-il ? Nous n’avons pas de réponses plus précises à ce jour et nous souhaitons être associés. 

 

10) Soutenir l’émergence et la structuration d’acteurs locaux de l’économie sociale et solidaire en intégrant des critères environnementaux et sociaux dans au moins un marché public.

(Aline Journeux, Raymond Rocchia, Alain Golea)

  • Résumé de la réunion en mairie le 8 /12/201: Cela est déjà fait, par exemple lors de la passation de marchés de gros œuvre pour les travaux de l’Espace Plumier avec des jeunes en réinsertion. Nous souhaitons avoir copie de ce marché public (jamais reçu depuis)

Conclusion: Aucune information sur ce qui s’est fait en 2017 ni sur ce qui est prévu pour 2018 en terme de reconduction et d’extension de ce type de marché.




One thought on “Pacte de transition citoyenne d’Auriol: la lettre de démission collective des citoyens du Comité de suivi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *